Les égouts franciliens cachent une agence de voyages pour élus

14.02.2018

On trouve de tout, dans les eaux usées de la métropole parisienne :
des séjours au soleil, des grandes bouffes et même des marchés truqués.

TREIZE ÉLUS de l’agglomération parisienne (7 LR, 3 PC, 1 UDI, 1 MoDem et 1 écolo) sont invités à se présenter à Roissy le 17 mars. Destination : Brasília, pour une escapade de huit jours – en classe affaires et tous frais payés – en compagnie d’une dizaine de fonctionnaires. Tous ces voyageurs sont administrateurs ou salariés du Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap), géré depuis plus de cinquante ans par une étonnante alliance de communistes et de néo-gaullistes.

Pour assister au 8è Forum mondial de l’eau, une délégation réduite aurait sans doute pu suffire, mais, comme à son habitude, le Siaap a décidé de dépêcher un bataillon de globe-trotteurs. Il est vrai que le Syndicat dispose de gros moyens, pompés directement sur les factures de flotte de 9 millions d’habitants. Recette : 500 millions d’euros – soit près de 60 euros par personne – pour nettoyer les eaux usées de Paris et des départements de la petite couronne.

Fiesta dans les tuyaux

Le Brésil, c’est sympa. Mais, à l’occasion d’autres éditions du Forum mondial de l’eau, nos joyeux excursionnistes ont déjà eu le plaisir de découvrir Daegu (Corée du Sud), Istanbul, Mexico ou Marrakech. La Semaine mondiale de l’eau, autre fiesta hydrophile, leur permet en outre de s’offrir une virée annuelle à Stockholm, tandis que le Congrès mondial de l’eau les a menés, au printemps dernier, à Cancun. Ne manquent au programme que la Journée, le Trimestre et le Semestre mondial de l’eau …

Pas grave ! Les COP sur le climat ont déjà offert à nos élus d’autres occasions de balades à Lima, à Varsovie ou à Doha. Surtout, l’aide au développement financée par le Siaap leur permet d’enchaîner des voyages à un rythme ébouriffant. Par exemple, le président de la commission coopération, Patrick Trémège (LR Paris XIIIè), se trouvait au Laos en décembre, à Djibouti du 2 au 16 janvier, aux Comores du 17 au 22 janvier, et il était attendu à Cuba du 8 au 16 février, puis à Madagascar du 18 février au 8 mars et à Brasília le 17 du même mois !

D’autres élus se sont réservé comme destinations Pékin, Mexico, Montréal, Beyrouth, l’Algérie ou l’Afrique noire. Rien d’illégal, a priori, dans cette gabegie. Mais les 2,4 millions annuellement consacrés par le Siaap à la coopération sont largement siphonnés pour payer ces petites virées, dont le coût réel est tenu secret …

L’article dans son intégralité :

Derniers articles dans les mêmes catégories

Les commentaires sont fermés.