Comment est née la SNCF

La méthode est rodée. On demande un rapport dont le contenu est qualifié «d’explosif» avec des mesures visant à «briser des tabous» et qui vont naturellement entraîner une «levée de boucliers» de la part de «privilégiés» qui «s’accrochent» à leurs «acquis sociaux». Puis le Premier ministre ou le président de la République prend la parole et fait généreusement disparaître une ou deux mesures controversées –et que personne n’a le plus souvent sérieusement envisagé de mettre en place– dans un «légitime» et salutaire «souci d’apaisement».