INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES FRANÇAISES – POUR UN VÉRITABLE SERVICE PUBLIC ROUTIER

Actualités | Opérateur Routier National

Le réseau routier : un bien public
Réseau routier français, 1 million de km
– Communes : 629 000 km de voirie
– Départements : 378 000 km de routes départementales
– Réseau routier national : 21 200 km
Réseau national :
– 2 % du linéaire mais 34 % du trafic (15 % pour le réseau concédé et 19 % pour le réseau géré par l’Etat)
– Etat : 9 765 km de routes nationales et 2 400 km d’autoroutes non concédées gérées par l’Etat (DIR)
– Sociétés concessionnaires d’Autoroutes (SCA) : 9 048 km

Autoroutes : nouvelles hausses des péages

Actualités | Opérateur Routier National

Faisant suite au référé de la Cour des comptes du 10 juin 2016 pointant le manque de financement de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFIFT) suivi de la réponse le 10 aout du premier ministre, le secrétaire d’Etat aux transports dans une interview au « JJD », vient d’annoncer un nouveau plan d’un milliard d’€ pour améliorer le réseau autoroutier.

Les sociétés d’autoroutes ont roulé le gouvernement et les usagers

Actualités | Opérateur Routier National | REVUE DE PRESSE

Un cadre dirigeant d’une société d’autoroutes, étroitement associé aux négociations entre sa boîte et le gouvernement, ne l’envoie pas dire : «Nous les avons battus à plate couture. Ils se sont lancés dans la bagarre sans aucune marge de manœuvre. Mais nous aurons le triomphe modeste: il ne faut pas leur faire perdre la face, ce serait contre-productif.»

Le gouvernement plie devant les sociétés d’autoroutes

Actualités | Opérateur Routier National | REVUE DE PRESSE

Un nouvel accord a été signé entre l’Etat et les sociétés autoroutières. Celles-ci s’engagent à financer 3,2 milliards d’euros de travaux contre un allongement de leurs concessions, comme elles le demandaient. Cet accord va à rebours des recommandations parlementaires mais aussi de l’Autorité de la concurrence.

Après de sept mois de discussion, le ministre de l’économie Emmanuel Macron a annoncé jeudi 9 avril la conclusion d’un nouvel accord entre l’Etat et les sociétés concessionnaires d’autoroutes, enterrant toutes les recommandations parlementaires mais aussi de l’Autorité de la concurrence et de la Cour des comptes.

Automobilistes et collectivités paieront (encore) la facture

Actualités | Opérateur Routier National | REVUE DE PRESSE

Malgré les bénéfices engrangés depuis des années par les sociétés concessionnaires d’autoroutes, le gouvernement préfère à la nationalisation la saignée des collectivités et l’augmentation des tarifs de 0,4% chaque année entre 2018 et 2020.

Usagers et collectivités devront mettre la main à la poche. C’est ainsi que le gouvernement entend financer la rénovation des infrastructures autoroutières.

Le rapport choc sur les autoroutes que le gouvernement a préféré enterrer

Actualités | Opérateur Routier National | REVUE DE PRESSE

Le rapport éclaire d’un jour nouveau l’accord qui vient d’être signé entre les autoroutiers et l’Etat. Il montre que le gouvernement détenait un autre levier que celui qu’il a choisi d’exploiter médiatiquement lors des négociations. Car la vente des sociétés d’autoroutes aux groupes Vinci, Eiffage, Abertis et Macquarie, décidée en 2005 par Dominique de Villepin, ne consistait pas uniquement à leur confier les recettes des péages.

L’Etat leur a aussi transféré le pouvoir d’organiser les marchés d’appel d’offres pour les travaux de voirie, d’entretien, de rénovation et de services, qui sont financés par des hausses de tarifs aux péages. Et il n’a pas réussi à contrôler les conditions dans lesquels ces marchés étaient passés. Pour autant, cela n’a pas empêché le gouvernement de donner son aval, jeudi 9 avril, à un plan de travaux supplémentaires de 3,2 milliards d’euros sur trois ans.

La rente des sociétés d’autoroutes est bien protégée

Actualités | Opérateur Routier National | REVUE DE PRESSE

Jean-Paul Chanteguet a décidé de mettre un terme à la mascarade. Le président de la commission du développement durable de l’Assemblée nationale a démissionné, lundi 9 mars, de la présidence d’un groupe de travail sur les autoroutes, à la veille de la remise d’un rapport censé être définitif sur le sujet. « Je refuse d’avaliser plus avant cette mise en scène et met un terme à ma participation à ce groupe de travail, dont les travaux, consciencieusement organisés et orientés, ont eu pour objectif de montrer, que de rente il n’y avait pas et que l’idée de la résiliation était irréaliste, pour ne pas dire irresponsable », écrit-il.